Le 19 juin 2020, Roxana Maracineanu, Ministre des Sports, s’est adressée dans une lettre aux supporters et groupes de supporters. Après s’être exprimée sur la situation actuelle et avoir réaffirmé sa volonté de voir le public fréquenter de nouveau les enceintes sportives, la Ministre, a indiqué avoir reçu des députés, Marie-George Buffet et Sacha Houlié, le rapport parlementaire sur les interdictions de stade et le supportérisme. Le document, qui rejoint les travaux portés par l’Institut National de Supportérisme (INS), préconise “une meilleure association des supporters à la vie des clubs” et un “élargissement des formations de référents supporters”. Pourtant symbole de dialogue et de médiation entre les supporters et les clubs, le rôle du référent supporters ou RS, reste encore méconnu en France. Découverte.

Le référent supporters (RS) est chargé du dialogue et de la médiation entre les supporters, le club et l’ensemble des autres acteurs au niveau local. Il a pour principal objectif d’améliorer la communication entre les clubs et leurs supporters en jouant un véritable rôle d’intermédiaire.

Les origines du référent supporters

Le RS a été insufflé par l’UEFA. Il est le résultat d’un travail mené avec les organisations européennes de supporters et d’une étude des coopérations supporters-clubs existantes dans les pays avancés sur le sujet, tels que l’Allemagne, la Belgique, la Suède ou encore le Royaume-Uni.

La volonté d’intégrer un RS au sein des clubs a d’abord été exprimée au Congrès européen des supporters de football 2009, organisé par Football Supporters Europe à Hambourg. Le concept a ensuite été approuvé par les associations nationales représentées à la Commission des licences aux clubs de l’UEFA, puis développé en collaboration avec l’organisation Supporters Direct.

Le RS figure dans l’article 35 du Règlement de l’UEFA portant sur l’octroi de licence aux clubs et le fair-play financier*, il vise à : 

  • Établir un réseau de RS au niveau national et européen afin de faciliter l’échange des connaissances, des meilleures pratiques et d’améliorer les relations entre les différentes parties prenantes ;
  • Garantir un flux de communication entre les clubs et leurs supporters et réduire ainsi la probabilité qu’ils se désintéressent du club ;
  • Mettre en conformité la capacité des supporters à intervenir dans les décisions de leur club ;
  • Encourager les bases de supporters non organisées à se réunir pour défendre leurs convictions, exprimer leurs points de vue et faire entendre leurs voix.

Depuis la saison 2012/2013, les clubs candidats à la licence UEFA doivent impérativement nommer au moins un RS. En France, la loi n° 2016-564 du 10 mai 2016, renforçant le dialogue avec les supporters et la lutte contre le hooliganisme, est venue entériner le dispositif.

Un interlocuteur privilégié

Le RS sert principalement d’intermédiaire et de médiateur entre les supporters et le club. Souvent, il est lui même fervent supporter du club et a l’habitude de côtoyer les tribunes : un aspect du métier qui lui confère légitimité et indépendance. En parallèle, il est aussi le lien avec les autres parties prenantes du football, comme la police et les stadiers. Pour remplir ses missions il entre en contact avec une multitude d’acteurs :

  • Clubs (direction, billetterie, responsable médias, directeur du stade, personnel, etc.) ;
  • Organisations de supporters nationales et européennes ;
  • Groupes de supporters ;
  • Supporters (locaux et nationaux) ;
  • Associations nationales ;
  • Ligues professionnelles ;
  • UEFA ;
  • Délégués de match ;
  • Médias ;
  • Autorités locales ;
  • Agents de sécurité ;
  • Police.

Désormais obligatoire pour les clubs de football évoluant en L1 et L2, le poste de référent supporters se met en place progressivement dans les autres sports professionnels. En pleine émergence, il marque une volonté de la part des clubs de communiquer, de déterminer les attentes et d’impliquer leurs supporters et groupes de supporters dans la vie de leur club. L’évolution du dialogue entre les différents acteurs amène à de nouvelles réflexions, à la réalisation de travaux et d’expérimentations pour enrichir, à terme, le spectacle sportif dans son ensemble.

*Source : Manuel de l’UEFA sur les responsables de l’encadrement des supporters, édition 2011